Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher

Lorsque Lyrique et Jazz se rencontrent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Lorsque Lyrique et Jazz se rencontrent

Message  Darybrumes le Dim 12 Juil - 3:47

LISA GERRARD / DEAD CAN DANCE

--- Dead Can Dance est un groupe (Britannico-Australien) monté par Brendan Perry et Lisa Gerrard vers 1981. Batteur : Simon Monroe puis Peter Ulrich – Basse : Paul Erikson puis Scott Rolger .
Lisa Gerrard, compositrice, a une voix parfois très profonde qui rappelle les chants Grégoriens. Elle se rapproche des incantations indiennes, africaines…Ce qui fait d’elle une chanteuse à part. Elle étonne et séduit. Répertoire peu commun.

Le groupe se sépare vers 1998 mais quelques années plus tard il se reformera pour une tournée mondiale.

Lisa participe à de nombreux films comme « Gladiator » où son thème principal est régulièrement repris de nos jours, il bouleverse toujours autant (Scène où Maximus retrouve sa femme et son fils, assassinés).


YMA SUMAC

--- Lisa me fait penser à une autre interprète exceptionnelle, même si elles sont très différentes.

Une Péruvienne, Yma Sumac. Je voulais vous conter son histoire car elle était particulièrement extraordinaire. Descendante d’un prince Incas ! Or il paraît que c’est totalement faux. Dommage la légende était belle… simple pub.

Elle possédait 5 octaves ! Du plus grave au plus aigu. (Décédée récemment d’un cancer)

J’ai un disque « Greatest » où sa virtuosité vocale n’a pas de limites et en particulier le morceau Chuncho (The Forest Créatures) où elle imite les voix des animaux de la jungle.

Ce n’est pas toujours beau, mais on est scotché par cette maestria.

Elle a tourné un film avec Charltion Heston "Le Secret des Incas"


Il y a une autre interprète de ce gabarit, elles sont rares… le nom m’échappe.

Je vais chercher des vidéos. Si je n’arrive pas à les mettre sur le site, j’appellerai au secours.

Je ne suis pas experte !

Darybrumes

Messages : 55
Date d'inscription : 05/07/2009
Localisation : Toulouse

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lorsque Lyrique et Jazz se rencontrent

Message  Iceman le Mar 14 Juil - 7:37

Pour Dead Can Dance, je ne conseillerai absolument pas le dernier opus, sorte de best of réenregistré et qui donne quelquechose sans magie et saveur.
Mieux vaut prendre l'oeuvre du duo par album studio et prendre le temps d'entrer dans cet univers particulier.

Pour Yma Sumac, je ne connais que de réputation et pour avoir entendu quelques extraits mais cela est intéressant. Reste que je me fiche un peu des 5 octaves de la dame mais un peu moins de cet univers mélant classique, amérique du sud, et onirisme.
avatar
Iceman
Gode

Messages : 3124
Date d'inscription : 16/06/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://www.histozic.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lorsque Lyrique et Jazz se rencontrent

Message  Darybrumes le Mar 14 Juil - 15:32

Pas d'accord avec toi sur les 5 octaves. Ce sont des voix très rares, et quand tu entends un son très grave qui monte progressivement, on se demande OU il va s'arrêter. On suit la progression avec un peu de frissons et d'inquiétude.

Yma Sumac a été un phénomène vocal. C'est dans ce sens là que le cas est intéressant. A un moindre niveau, Julie Andrews dans "Victor Victoria" donne un aperçu de ses possibilités. J'aime beaucoup et je l'écouterais plus facilement qu'Yma. Jane Birkin ou Françoise Hardy... s'en tiennent au minimum (Lol). Ce n'est pas le même registre, on a besoin des deux.

Les chants Incas, Tibetains... ont des sonorités particulières. A petites doses c'est agréable. Par contre je suis allergique aux chants chinois et à leur musique. Je suis plus sensible à celle du Moyen-Orient. J'aime la sonorité du duduk ! (à dose réduite quand même).

Darybrumes

Messages : 55
Date d'inscription : 05/07/2009
Localisation : Toulouse

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lorsque Lyrique et Jazz se rencontrent

Message  Iceman le Mar 14 Juil - 17:30

Pourquoi écrire de la musique quand des vocalises suffisent alors.
Et si tu n'as retenu de Victor Victoria qu'une performance vocale, je suis plutôt inquiet pour toi. car Mme Andrews y est aussi une remarquable actrice au service d'une histoire bouleversante.
Désolé pour moi la musique ne se résume pas à des aspects techniques et à une soi disant perfection. Bien au contraire, c'est dans les cassures, les imperfections, les ruptures que sont ressenties bien souvent les émotions.
De surcroit, c'est souvent en brisant les conventions, en s'affranchissant de la technique que les plus grands se sont fait remarqué.
Yma Sumac a su certes montrer une technique hors pair, mais si elle n'avait eu que cela, elle aurait été encore plus vite oubliée.

Il existe d'ailleurs de très bon musiciens, enchainant avec virtuosité et dextérité les notes, à une vitesse quasi irréelle. Mais après, parmi ceux là, lesquels restent? Ceux qui savent revenir à l'essentiel : ressentir la musique. En guitare, Satriani peut être lassant par sa technique mais il y a des morceaux qu'il a écrit où il fait ressentir bien plus que 10 notes à la seconde. Tu trouveras des exemples dans tous les instruments et voir aussi ma chronique du concert de Blue Oyster Cult à Istres où un ex petit génie se produisait en première partie.
avatar
Iceman
Gode

Messages : 3124
Date d'inscription : 16/06/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://www.histozic.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lorsque Lyrique et Jazz se rencontrent

Message  Darybrumes le Mar 14 Juil - 19:52

-- Nous parlions musique et chant. Nullement des performances d'acteur. Ou alors nous sommes "hors sujet" ?

J'ai évoqué les cas de personnes qui sortent du lot, ce qui n'empêche pas d'apprécier les autres. Comme pour les supers champions dans le sport. En science tout le monde n'est pas Einstein...

Dans l'opéra les vocalises, surtout avec Rossini, font partie de la notoriété de l'interprète et du compositeur. On peut être très bon chanteur, très bon musicien sans arriver à un niveau que seuls quelques-uns peuvent atteindre.(idem en variété).

Il n'y a pas incompatibilité à apprécier les deux. N'est-il pas intéressant d'apprendre qu'il y a des gens hors du commun pratiquement inconnus de la plupart ? Qui connaissait Lisa Gerrard avant Gladiator ? Ne brise t-elle pas les conventions ? Ce sont justement ces personnes -dans tous les domaines- qui font découvrir une spécificité.

Tu connaissais vaguement Yma Sumac, qui a eu un certain succès après la dernière guerre mondiale je crois. N'est-il pas intéressant d'en parler ? De la faire découvrir ? Ne serait-ce que le temps de ce bavardage ? Ma curiosité insatiable me pousse à chercher ce qui sort de la masse, sans pour autant mépriser ou ignorer le reste. Et faire partager mes découvertes.

Mes goûts sont vastes, que ce soit en musique, en littérature, en sciences etc. Je découvre le hard rock "parce que je le veux", mais pas en aveugle. La nouveauté, le hors norme me tente, j'aime relever des défis.

Darybrumes

Messages : 55
Date d'inscription : 05/07/2009
Localisation : Toulouse

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lorsque Lyrique et Jazz se rencontrent

Message  Iceman le Mer 15 Juil - 9:09

Pour ne parler que de Lisa Gerrard, elle n'a pas attendu Gladiator pour être connu et je doute d'ailleurs que cela ait beaucoup servi sa notoriété grand public sur le long terme. Enfin tant mieux si cela a amené des personnes à s'intéresser à sa carrière. Elle avait 15 ans de Dead Can Dance derrière elle avec Brendan Perry, puisqu'il faut quand même le citer.

Après chacun sa perception de la musique et sa sensibilité. Pour moi cela ne peut se résumer à une démo technique.
S'il on prend l'exemple du jazz particulièrement où l'improvisation a une grande part, il y a un aspect "feeling" très important. Pour y arriver, il faut évidemment avoir oublié la technique pour que cela devienne naturel. La dextérité, les régles sont là mais ce n'est hélas pas tout.

A midi, nous discutions justement des différences entre le jeu de guitare de Prince, de Santana, de Joe Satriani ou encore de Clapton. Certains ont de la dextérité, d'autres de l'inventivité ou encore de la musicalité et un don pour la mélodie ou du feeling.

Pendant que j'écris ce message, j'écoute du hip hop latino cubain et l'utilisation des percussions est proches du jazz justement.
Et ça me fait penser à ...Tito Puente, le roi des percussions latines. Mais là est un autre sujet.
avatar
Iceman
Gode

Messages : 3124
Date d'inscription : 16/06/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://www.histozic.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lorsque Lyrique et Jazz se rencontrent

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum